CM du 12/12/2014 – Bordereau n°31 – Economie d’énergie

Intervention de Simon Uzenat

C’est un sujet important qu’on a eu l’occasion d’aborder lors des précédents conseils. Sur la question du patrimoine municipal, il faudrait avoir sinon un état des lieux précis qui serait compliqué et long, un profil énergétique par bâtiment. Parce qu’à un moment donné il faudra réfléchir à des cessions qui pourraient s’envisager en fonction de ce critère. On ne pourra pas financer des rénovations énergétiques efficaces sur tous les bâtiments.

Sur la question de l’audit énergétique. Une bonne chose sur le principe. Mais au regard des crédits qui sont prévus, on a du mal à voir quelle va en être l’ampleur. On souhaiterait, au regard des enjeux sur le patrimoine, que le résultat de cet audit puisse être communiqué aux commissions compétentes. C’est en effet à partir de là qu’un certain nombre de décisions seront prises et nous pourrions, dans le cadre de
cet audit, essayer de lancer un profilage plus précis des bâtiments en fonction de leurs dépenses énergétiques.

Ensuite, vous avez évoqué la chaufferie bois. Ce n’était pas précisé comme tel dans le bordereau, mais si c’est le cas tant mieux. Néanmoins, sur la place des énergies renouvelables, il y a des solutions aujourd’hui mais le sentiment que Vannes est peut-être un peu lente au démarrage. Même si le coût est élevé et ne permet pas d’équiper tout le monde en énergie renouvelable, il y a quand même une marge de
progression importante. Je pense, notamment, à une de vos promesses de campagne, vous en avez parlé récemment à l’occasion de ce qui s’est passé à Kercado : le réseau de chaleur, qu’en est-il ? Est-ce que cela fait toujours partie de l’actualité ? On a le multi-accueil qui vient de s’installer là-bas, c’est typiquement le genre d’établissement public qu’il faudrait raccorder à une énergie renouvelable.

Ensuite, de façon un peu plus générale, ce qu’on regrette, c’est un manque d’ambition et d’anticipation. C’est peut-être que l’amorce d’une nouvelle prise de conscience. On aurait souhaité pouvoir réfléchir à une commission locale de l’énergie, avec l’idée de programmer les travaux, parce qu’encore une fois, les
sommes sont conséquentes. La gestion de la consommation, on a eu l’occasion de le dire lors d’un précédent bordereau, notamment sur l’éclairage public, cela fait partie aussi des questions. Et la quantification du potentiel local de développement des énergies renouvelables, que ce soit en éolien, en solaire. Sur ces deux types d’énergie renouvelable, on a du potentiel à Vannes. A voir comment l’exploiter dans les règles de l’urbanisme, etc. mais il semblerait intéressant qu’on puisse avoir cette réflexion
collectivement.

[…]

C’est bien évidemment pas le sens de mon propos de dire que l’on va alimenter la ville exclusivement en énergie renouvelable, même si certaines collectivités en France et en Europe ce sont positionnées de façon très ambitieuse sur cette question. Mais si j’évoquais l’audit énergétique c’était bien parce que la question de l’isolation thermique est en jeu. C’est évidemment le premier levier. La première économie d’énergie est celle que l’on ne consomme pas. Ensuite sur le réseau de chaleur, nous avons tout à fait conscience que cela prend des années, mais pour autant plus tard on le lance, plus tard il voit le jour. C’était une question importante, parce que vous le savez, la précarité énergétique touche les habitants de Kercado comme elle touche les habitants d’autres quartiers de Vannes. Le réseau de chaleur peut être une manière aussi de réconcilier écologie et solidarité, c’est comme cela aussi qu’on le conçoit. Donc voilà, pas de dogmatisme en la matière, mais une attention donnée à la diversification et j’espère que l’hypothèse bois sur Kerbiquette pourra être retenue.

Leave a Reply