CM du 12/12/2014 – Bordereau n°7 – Syndicat mixte PNR

Intervention de Simon Uzenat

Monsieur le Maire,

Ce bordereau signe le lancement opérationnel du Parc Naturel Régional du Golfe du Morbihan, le 50ème de France, et nous nous en réjouissons après 20 années de débats au cours desquelles la ville de Vannes n’aura pas toujours été une force motrice, loin s’en faut.

Sans ignorer cette histoire, notre regard doit désormais être tourné vers l’avenir, vers les enjeux de développement et d’aménagement de notre territoire et les responsabilités qui en découlent. A cet égard, la ville de Vannes, ville-cœur du PNR, a une place très particulière.

Il ne saurait pour nous être question de réduire le sujet au périmètre concerné par le Parc. Nous devons au contraire veiller à la cohérence des politiques municipales, de toutes les politiques municipales, au regard des orientations de la charte du PNR autour des trois axes stratégiques et des engagements retenus par les signataires.

Même si beaucoup de retard a hélas été pris, malgré nos appels répétés, depuis le début de ce mandat et plus encore lors du précédent comme mes collègues pourraient en témoigner, il est encore temps de réagir, à condition de prendre la vraie mesure des enjeux pour notre ville, son agglomération et l’ensemble des collectivités concernées : lutter contre le changement climatique, nous aurons l’occasion d’y revenir, préserver le foncier, une problématique récurrente et ce conseil ne dérogera malheureusement pas à la règle, garantir la qualité des eaux, une actualité inquiétante qui devrait tous nous mobiliser, favoriser les innovations économiques éco-responsables pour des emplois non-délocalisables et je suis notamment intervenu sur cette question lors du dernier conseil d’administration de VIPE, faire rayonner notre territoire bien au-delà des frontières régionales, à travers la marque PNR mais pas seulement, on peut penser au futur Pôle d’Echanges Multimodal, à l’association des plus belles baies du monde qui a son siège à Vannes…

Car face à certains discours dogmatiques qui tentaient de masquer derrière un pragmatisme de façade leur refus de toute régulation seule à même de nous permettre d’affronter ces défis de long terme, nous n’avons cessé de rappeler, avec beaucoup d’autres, que le PNR, loin d’être une mise sous cloche de notre territoire, représentait au contraire un formidable levier d’action pour ré-orienter notre modèle de développement et le rendre plus sobre et plus durable. Encore faut-il en avoir la volonté.

C’est pourquoi nous profitons de ce bordereau pour vous demander de tenir compte des dispositions de la charte du PNR dans l’élaboration et la réalisation des projets portés par la ville, et pas uniquement sur le périmètre littoral inclus dans le Parc. Nous souhaitons également, dans le respect des dispositions réglementaires et sans allonger démesurément les durées d’instruction, que les ces mêmes projets puissent faire l’objet d’études d’impacts qui viendraient utilement nourrir le travail des commissions, municipales et extra-municipales, et des futurs conseils de quartier.

Ne l’oublions pas, le PNR n’aura d’effets concrets que si chacun s’en saisit. C’est bien la somme de comportements individuels plus responsables dans un cadre cohérent et avec une vision de long terme garantis par les élus que nous ferons progresser notre territoire. On parle beaucoup de simplification, de rationalisation, de lisibilité : plutôt que de rejeter sans cesse la faute sur les autres, regardons ensemble ce qui peut et doit être fait chez nous. Voilà notre proposition : assumons le fait que le PNR soit désormais la ligne d’horizon de l’action publique sur notre territoire et faisons évoluer en conséquence les pratiques pour les transformer en contributions efficaces à la réalisation de ce beau projet de long terme.

Leave a Reply