“David Robo ou la girouette libérée”

Communiqué de presse du 10 juin 2019

Tout au long de ce mandat, nous avons pu le constater : le double langage systématique et l’enfumage électoraliste ont été élevés au rang d’art décomplexé de la démagogie par David Robo, prêt à tout pour se faire réélire. 

Nous avons notamment en mémoire les débats sur la contractualisation financière entre l’État et les collectivités locales voulue par le Gouvernement. En juin 2018, le conseiller régional David Robo, qui s’était absenté lors du vote du Conseil régional, mais dont le groupe politique s’était unanimement opposé à la délibération proposée par la Région, a refusé de répondre à nos questions sur son positionnement breton. Dans le même temps, le Maire David Robo s’empressait de faire voter l’accord par sa majorité municipale… 

Et comment comprendre qu’il se refuse d’abord à répondre à la presse sur la liste qu’il entend soutenir dans les élections européennes avant de refuser ensuite de dire pour qui il a voté ?

La signature de la tribune de « La République des Maires et des élus locaux », dans la foulée de son mentor François Goulard, représente en cela un grand pas supplémentaire dans la fuite en avant de l’actuel Maire de Vannes.

À qui David Robo tente-t-il de faire croire que cette démarche n’est pas liée aux prochaines élections municipales alors même que le déjeuner à Matignon puis, le lendemain, l’annonce de la tribune ont été organisées 10 jours après les élections européennes et 2 jours après la mise en place de la Commission Nationale d’Investiture de LREM ? 

Au passage, les Vannetais étaient en droit d’attendre de David Robo qu’ils les défendent et qu’ils relaient leurs attentes : plutôt que d’évoquer le statut de l’élu avec le Premier ministre, un Maire plus soucieux de ses habitants que de sa carrière aurait par exemple réclamé des effectifs supplémentaires pour la police nationale à Vannes !

Quoi qu’il en soit, David Robo, avec cette tribune, ne pratique plus le grand écart en amateur mais la contorsion à un niveau olympique !

–       Il se dit de droite mais a quitté LR il y a deux ans !

–       Il n’adhère pas à LREM mais appuie le Gouvernement !

–       Il déclare ne pas soutenir Emmanuel Macron mais signe une tribune qui veut « la réussite du président de la République » !

–       Il revendique de rassembler le centre alors qu’il a destitué ses adjoints centristes en 2017 !

–       Il se proclame écologiste mais pratique un green-washing intensif à mesure que les municipales se rapprochent !

Ce faisant, David Robo contribue à alimenter le terreau de la défiance et du dégoût démocratique sur lequel prospère l’extrême-droite qu’il prétend par ailleurs combattre.

David Robo revendique sa liberté : il est en effet libre de n’avoir aucun principe, libre de cultiver une duplicité décomplexée. Et comme le disait un certain politicien, « ce n’est pas la girouette qui tourne mais le vent »… Mais notre démocratie et notre ville méritent beaucoup mieux.

Pour “L’ALTERNANCE”

Simon UZENAT

Leave a Reply