Drogue à Kermesquel, rive gauche du port : un Maire à contretemps

Tribune publiée dans le Vannes Mag n°119

Depuis plusieurs mois, les riverains de Kermesquel multiplient les actions pour interpeller le Maire et la majorité municipale concernant le trafic de drogue et l’insécurité qui l’accompagne.

Alors que le Maire a opposé une fin de non-recevoir à nos demandes répétées durant cinq ans de réviser le Contrat Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance obsolète depuis 2009, d’améliorer la coordination entre la police municipale et la police nationale et de renforcer la présence humaine par un îlotage quotidien, David Robo s’est réveillé un an avant les élections municipales. En février dernier, il a ainsi fait adopter par sa majorité un simple schéma qui ne prend pas suffisamment en compte l’ampleur des problèmes rencontrés par notre ville. Pour notre part, nous aurions notamment souhaité un axe entièrement dédié à la lutte contre les trafics de stupéfiants, tant les enjeux sont immenses. Nous avons également réclamé, en vain, un renforcement significatif des moyens humains de la police municipale pour garantir, notamment, sa présence continue, à terme, à Ménimur et Kercado, sans oublier les quartiers où le trafic se redéploie, comme à La Bourdonnaye. Nous aurions enfin souhaité que le tissu associatif soit pleinement associé à la démarche. 

Bien évidemment, on ne peut que se réjouir d’avoir vu des patrouilles à Kérizac ou à Kermesquel mais pourquoi avoir attendu aussi longtemps et pourquoi des actions épisodiques alors que le combat contre les trafics et les incivilités est un combat de tous les jours ? Nous connaissons l’attachement du maire-candidat aux coups de communication mais la sécurité des Vannetais mérite mieux ! Nous demandons par conséquent, une nouvelle fois, au Maire, de réunir l’ensemble des groupes du conseil municipal pour les informer des démarches en cours et de leur communiquer la convention de coordination police nationale/police municipale qu’il refuse de transmettre depuis plus de quatre ans. Et encore une fois, nous réclamons l’ouverture en continu des postes de police à Ménimur et Kercado comme l’attendent les habitants.A contrario, alors même qu’il n’a pas reçu mandat des Vannetais en 2014 concernant le réaménagement de la rive gauche du port, David Robo entend à tout prix choisir le promoteur lauréat avant la fin de cette année. À quelques mois du terme du mandat, et alors même que les citoyens n’ont pas pris position sur un dossier qui façonnera ce quartier stratégique pour des décennies, nous considérons qu’il serait marqué au coin du bon sens démocratique de laisser les Vannetais faire leur choix en mars 2020 et la prochaine majorité de prendre les décisions qui découleront de ce choix.

Pour “L’ALTERNANCE”
Simon Uzenat – Christian Le Moigne – Micheline Rakotonirina – Franck Poirier – Roland Fauvin

Leave a Reply