Tunnel de Kérino : nos interrogations et la réponse du Maire…

KerinoLe 25 septembre dernier, nous avons interrogé la municipalité sur plusieurs points relatifs au chantier du tunnel de Kérino qui suscitent l’inquiétude de beaucoup. Le Maire nous a apporté une réponse dans un courrier daté du 21 novembre. Conformément à notre engagement en matière de transparence, vous trouverez ci-après le texte de notre courriel et la copie de la réponse : Courrier_Robo_Kerino.

——

Monsieur le Maire,

Vous vous étiez publiquement engagé en 2013, lors de la réunion de quartier de Conleau, à afficher le coût réel du tunnel. Une nouvelle fois, vous n’avez pas fait ce que vous avez dit. Et contrairement à ce que vous avez laissé croire, le montant s’élève bien à plus de 90 millions d’euros, dont 76 millions seront financés par la ville de Vannes et 14 millions par ses partenaires (Région, Département et agglomération). L’endettement de la ville va s’accroître lourdement alors que de nombreux projets sont en attente faute de financement. Une information sur le coût réel et actualisé est donc indispensable.

Le montage financier en Partenariat Public Privé est risqué, onéreux et favorise un grand groupe de BTP au détriment d’entreprises locales, un choix difficilement justifiable dans la crise que notre pays traverse depuis 2008. Le Sénat s’inquiète dans un rapport des sénateurs Jean-Pierre Sueur (PS) et Hugues Portelli (UMP), des coûts que peuvent représenter in fine les contrats de partenariats. C’est “une bombe à retardement” budgétaire souvent ignorée, “un outil à haut risque”, estime le Sénat. Et pour cause, l’analyse des évaluations préalables, les données souvent biaisées en faveur des contrats de partenariat et l’absence d’information relative à la soutenabilité financière montrent que la personne publique se contente d’analyser les enjeux immédiats, sans apprécier l’ensemble des risques sur toute la durée du contrat.

En outre, les travaux ont un impact sur l’environnement et produisent déjà des effets sur les habitations riveraines. La loi « littoral » encadre quant à elle précisément la construction de voies nouvelles. Nous restons donc particulièrement vigilants sur les multiples conséquences de ce projet et demandons qu’un audit financier et juridique soit réalisé par un organisme indépendant.

Dans une interview donnée à la fin du mois d’août, à la question du journaliste concernant le calendrier et le coût des travaux du tunnel de Kérino, vous avez répondu « à ce jour, je n’ai aucune crainte ». Nous aimerions être aussi confiants…

C’est pourquoi nous souhaitons avoir des réponses précises et circonstanciées aux questions suivantes :

La présence imprévue de roches nécessite l’utilisation de micro minages, outre qu’elle interroge sur le sérieux des études préalables de Vinci, elle entraîne un surcoût et un retard. Pouvez-vous nous affirmer qu’aucun surcoût ne sera à la charge des contribuables vannetais ?

Les travaux ont des conséquences immédiates et visibles sur les habitations riveraines : qui prend en charge le dédommagement des riverains impactés ?

Qu’envisagez-vous pour résorber le surcroît d’embouteillages avenue de Kéranguen et route de Nantes ?

Quel est le montant total versé par la ville de Vannes et ses partenaires à ce jour pour financer les travaux en cours ? Ce montant est-il conforme au budget prévisionnel ?

Par ailleurs nous demandons :

1 – la diffusion sur le site de la ville des comptes-rendus de toutes les réunions de chantier ainsi que le planning d’avancement du chantier,
2 – la mise en ligne sur le site de la ville du budget total et réactualisé de l’ensemble des travaux du tunnel de Kérino.
3 – “l’affichage sur le site du coût prévisionnel des travaux et la participation financière de chaque partie prenante.

Leave a Reply